Shanghaï : le modernisme à tout prix

Publié le par Francis et Claire

Dernier stop en Chine : Shanghai. Première ville symbole du modernisme chinois. On la compare toujours à Manhattan avec ses nombreuses tours.

 

 

Mais bon, commençons tout d’abord par notre arrivée. Nous avons réussit à nous faire héberger par Taiwanaise expatrié. Petit problème, elle ne pourra nous prendre qu’à partir de demain. Du coup, nous devons aller à l’hôtel. Grâce aux parents de Claire qui était déjà passés par là avant nous, nous savons déjà quel hôtel nous intéresse. Par contre, entre le moment de leur venu et la notre, les prix ont augmenté. Mais pour nous, pas question de payer plus cher. Nous devons nous débrouiller pour atteindre ce prix. Nous décidons alors de jouer au bluff : arriver en grands pompes, clamer que nous avions réservé sur internet à un prix et que c’est de leur faute si il ne trouve pas la réservation. Ainsi, après une bonne vingtaine de minutes, nous réussissons. Les clefs en main, nous prenons l’ascenseur et attendons d’être dans notre chambre pour « pouffer » d’un rire diabolique. Nous sommes très contents de nous surtout que juste avant, nous avons réussis aussi à nous faire amener en taxi sans payer (car le taxi ne savait pas où était la rue et nous a laissé à 500 mètres de notre destination)

 

Par la suite, malgré l’arrivée de la tombée de la nuit, nous partons quand même repérer les lieux et visiter un peu la ville. Première constations, la ville est un grand chantier de construction. La visite de la ville s’en trouve un peu gâché surtout que l’avenue sur les bords du Bond (ancien Shanghai), celle qui donne une belle vue sur le nouveau Shanghai, n’est pas du tout accessible. Ce qui est complètement absurde, c’est qu’il construise pour construire.

 

 

L’avenue du Bond, tout comme d’autres lieu, était déjà bien et surtout pas du tout vieux vu que la ville avait été déjà refaites. Pour résumer, on détruit du neuf pour faire du plus neuf encore. Deuxième constatation, ici, les gens parlent plus souvent qu’ailleurs l’anglais. Dernière constatation, la ville est remplie de vendeurs à la sauvette qui ne cesse d’essayer de vous refourguer des montres, des tours, etc.

Il commence à se faire tard et nous préférons rentrer assez tôt pour être en forme pour notre rencontre avec notre « couchsurfers ».

 

Le lendemain, nous nous rendons dans la Concession Française, le lieu de résidence de notre hôte. Cette dernière habite dans l’une des tours de la résidence qui ne fait pas moins de 1000 étages. Il faut dire que ce n’est pas une tour toute miteuse. A l’intérieur, on se croirait être dans un hôtel. Dans son appartement, elle se paye même le luxe d’avoir un jacuzzi. Mais le top du top c’est la vue que ce soit du salon, de sa chambre et même de la notre.

 

 

Le temps de faire connaissance, midi arrive rapidement, nous allons déjeuner ensemble. Rebecca (notre hôte) très gentille, prend même un peu de temps sur son après-midi pour nous faire visiter un peu les alentours.

Par la suite, nous nous séparons et décidons de visiter la ville par nous même mais nous ne sommes pas chanceux. Comme vous pourrez le voir sur les photos, le temps n’a pas été clément avec nous. Cette maudite pluie nous a gâché toute l’après-midi et du coup, nous a retardé énormément dans notre visite de Shanghai.

Le soir, en rentrant, nous avions promis (encore une fois) de cuisiner français pour Rebecca. Cette foi-ci au moins, elle a un four (qui ne lui sert jamais) et nous avons réussit à trouver un plat qui serait assez bien pour recueillir notre bon Gratin Dauphinois. Après avoir acheté les ingrédients manquants (c’est-à-dire tout sauf une pomme de terre), nous attelons à notre tâche. Inutile de vous préciser que nous nous sommes goinfrés. Nous avons dû en manger plus qu’elle mais ça se comprend après 2 mois sans fromage gratiné. Bien-sûr, nous n’avons pas oublié le vin rouge et la petite salade avec sa vinaigrette. Un vrai régale. Il faut préciser aussi que cette fois-ci, c’est Claire qui a tout préparé.

 

Le lendemain, nous nous levons aux aurores (6h00 pour nous c’est dur !!!!). L’anecdote est que hier soir avant de se coucher, Rebecca nous a sorti la phrase qui tue : « comme on se couche tard ce soir, demain on peut se permettre de ne partir de la maison qu’à 7h00 du matin ». nous étions mort de rire le soir même. Mais bon, au final, à 7h00 du matin, nous étions prêts. Certes, nous étions dans le coltard mais nous étions présents.

 

Rebecca nous a donc emmené dans tous les recoins de son quartier (la concession française) pour admirer certains beaux bâtiments puis nous avons été faire un tour au célèbre jardin Yu avec toute son animation matinale. Honnêtement la visite des parcs en Chine est absolument à faire le matin ou  le soir car c’est à ce moment là que tous les chinois font leurs exercices ou leurs jeux. Les personnes âgés en Chine sont extrêmement actives et font des activités qui chez nous sont réservés qu’aux jeunes (comme le diabolo !). Et ils le font avec un grand sérieux jusqu’à transpirer de tant d’effort !

 

 

Nous avons ensuite été visités les vieux quartiers de Shanghai, notamment avec les shikumen (bâtiment datant de 1900 donnant sur une petite cour abritant des habitations) avec tous les commentaires éclairés de notre guide chinoise particulière.

 

Nous avons enfin fini notre balade un quartier occidentalisé avec de nombreuses maisons rénovés à la chinoise et converties en restaurant ou auberge. Nous avons donc pris un petit déjeuner vietnamien (ne nous demandez pas pourquoi, nous étions toujours dans le coltard).

 

Même si le réveil fut difficile, nous avons vraiment apprécié cette visite et nous conseillons vivement de visiter les villes chinoises tôt le matin.

De toute façon, si vous fréquentez quelques chinois, vous vous apercevrez que les chinois sont lèves tôt et couche tôt donc si vous souhaitez sortir dans des bars ou boîtes de nuit en Chine, vous allez surtout croiser des occidentaux !

 

Nous continuons les visites tous seuls comme des grands et décidons donc d’aller au musée de la propagande.

 

 

Exposition très très intéressante sur toute la propagande du Parti Communiste Chinois depuis Mao jusqu’aux années 80. Les affiches retracent donc la main mise du parti et de Mao sur la population chinoise mais aussi et surtout toute la période de la guerre froide du point de vue chinois… Quelques images sont bien sur assez choquantes. Le musée est en tout cas très instructif !

Bien entendu pour le trouver, il faut vraiment avoir l’adresse exacte et arriver devant la résidence privée. Les gardiens vous tendent alors une petite carte pour vous diriger dans cette résidence afin de trouver l’immeuble qui abrite l’exposition dans son sous-sol… Cette exposition est en fait à destination des touristes étrangers et non des chinois (toutes les explications historiques et un peu critiques sur la période sont en anglais).

 

L’heure du repas approche et nous nous en allons pour déjeuner avec Rebecca. Rien de bien excitant si ce n’est que nous sommes allés dans un restaurant végétarien où nous avons mangé des plats similaires à des plats non-végétariens (bœuf aux oignons, porcs laqués, etc.) assez intéressant mais étrange.

 

Par la suite, nous nous rendons dans un des trois « most famous museums » de la Chine : le Musée de Shanghai.

 

 

Pour une fois, ils n’ont pas menti sur la marchandise. Les pièces à l’intérieur du musée sont extraordinaires. De plus, chaque exposition (poterie, peinture, etc.) propose des pièces vraiment différentes les unes de autres. Le musée est tellement riche qu’on passe aisément 3 heures dedans sans s’en rendre compte ! En plus, il est gratuit. A faire absolument !!!

 

Après sans être mis plein les yeux, nous rentrons nous changer car ce soir c’est Opéra de Shanghai.

 

 

Nous avons plud apprécié ce spectacle par rapport à celui de Pékin. Déjà, l’architecture du bâtiment est jolie (style moderne). De plus, le spectacle était…. On ne pourrait que le qualifier de BEAU. La musique, les costumes, l’histoire, tout était vraiment beau. Bien-sûr, je doute que ce spectacle perdure éternellement. A vous de faire le bon choix pour avoir le bon spectacle mais celui-là nous a vraiment conquit.

 

Voilà comment s’achève cette journée et nous n’avons jamais été aussi prêt de quitter l’Asie car demain nous sommes en partance pour l’Océanie et plus particulièrement pour l’Australie.

 

Le lendemain matin donc, aux aurores, nous nous rendons une nouvelle fois au quartier de Pudong pour grimper au haut du Shanghai World Financial Center (la tour qui ressemble à un décapsulateur) qui se trouve juste à coté d’un autre gratte ciel : la Jinmao Tower.

 

 

Le premier est plus grand et plus récent et abrite le plus haut observatoire du monde. (Ce n’est pas juste un bâtiment qui dit être le haut grâce à sa pointe qui faitles50 derniers mètres : un peu trop facile !!!). Là, on monte vraiment au dernier étage : le 100ème pour être plus précis. Tout est fait pour vous en mettre plein les yeux. L’entrée ressemble à un parc d’attractions. Vous avez par la suite un petit film explicatif. Vous terminez dans l’ascenseur qui vous fait un démarrage style fusée avec un compteur et une musique qui se veut futusiste. Nous montons donc à la vitesse de 10 mètres par secondes soit 36 km/heures amusé (et un peu impressionné tout de même) par tant d’artifice. PFFFIIIIOOOOOOUUUUU !!! le truc de ouf !!!! Tout en haut, tout est en verre, même tout le milieu de l’allée centrale vous laisse admirer sous vos pieds les 492 mètres de hauteurs. Nous pouvons vous garantir que là tout le monde a un peu le vertige. Le paysage est surprenant car tout paraît vraiment petit, même les autres tours du quartier. Nous prenons notre temps pour admirer la vue, un peu trop même et du coup, le temps passe et nous devons rentrer pour prendre nos sacs et aller à l’aéroport. La Chine s’est finit. Déjà  2 mois depuis notre départ de France. Nous avons vu tellement de choses. Nous aimerions avoir encore 1 ou 2 semaines de plus ici mais ce n’est évidemment pas possible. Vraiment dommage !!! Au revoir la Chine et bien le bonjour à l’Australie.

Publié dans Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article