Mauvais karma dans la capitale Inca

Publié le par Francis et Claire

Le voila le fameux article qui nous a bloqué et mis en retard.

Le titre parle de lui même et nous n'avons pas eu vraiment de chance dans cette ville. Mais cela aurait pu être pire.

 

Nous voilà donc dans la ville la plus connue du Pérou, Cuzco, à deux pas du fameux Macchu Picchu.

Nous arrivons par bus à 5h du mat’ et comme d’habitude sans réservation. On vient nous démarcher avec des prix que nous considérons exorbitants… Nous refusons sans sourciller… grave erreur…

Nous nous retrouverons à errer pendant une heure dans la ville en taxi (il pleut averse !) pour pouvoir trouver un endroit où nous loger. Complet ou extrêmement cher… nous n’arrivons pas à trouver notre bonheur !

Finalement, nous prenons par dépit un hôtel figurant dans la catégorie chic de notre routard pour un prix négocié… si on paie cher, au moins se faire plaisir !!!

Oui, mais finalement l’hôtel de type colonial n’a que le salon de chic, du côté de la chambre le plafond tombe en miette sur le lit et  sous le lit, on trouve cigarettes, plastiques, nourritures…etc

Bref, nous sommes trop fatigués pour s’en préoccuper mais il est clair qu’on vous recommande de réserver à l’avance les hôtels « pas cher » à Cuzco.

 

Le jour même, après s’être quand même reposé, nous partons visiter la ville.

Comme on vous l’a dit c’est LA ville du Pérou. Tous les péruviens vous la citeront en premier dans les choses à faire et tout le monde en est très fier… Forcément le centre ville fait très forte impression, de jolies bâtiments, des places verdoyantes et en plus c’est PROPRE !

 

La Plaza de Armas, avec sa cathédrale et la Iglesia de la Compania , est l'une des plus belles du Pérou.

 

Cuzco Plaza de Armas

 

Ils y interdissent même l’accès aux voitures certaines demi-journée et franchement ça change tout ! Mais voilà, Cuzco sans voiture ou Cuzco sans magasins et démarchages à tous les coins de rues ce n’est pas prêt d’exister…. Donc de loin, on peut admirer les galeries autour de la place mais quand on est dedans on passe juste son temps à décliner massage, Kway et bien sûr tous les produits de souvenirs.

Il y  a même des magasins de luxe, mac do, tout pour le bon vieux occidental qui a peur de l'exotisme.

En fait, le gros travers de Cuzco, c’est son succès : c'est ultra touristique.

En plus de ce que l'on vous a dit, c'est extrêmement cher partout, on paie pour tout et pour rien.

Le truc le plus choquant, c'est les mendiants touristes. Oui Oui !!!! Vous avez bien entendu, les touristes aussi mendient ici. Si ça ce n'est pas du foutage de g...!!!!

 

Par contre, il n'y a rien a dire la-dessus, la région est incontournable. C'est ici que se rassemble le plus nombre de lieux incas.

 

Mais on perd le fil, tout d'abord le centre ville.

 

A part les galeries, vous trouverez 2 lieux de cultes incontournables : Cathédrale et Monastère.

 

La cathédrale est un lieu splendide. Selon les dires, la plus belle du Perou. Selon nous, c'est le cas. En plus des habituelles sculptures, nous avons droit à une palette de tableaux de l’art Cuzquénien représentants l'histoire du pays, de la ville et bien sûr de religion chrétienne…

La particularité de cette cathédrale c’est le mixage des cultures incas et espagnoles. En effet, les espagnols bien malins ont adaptés un peu la religion chrétienne et l’art chrétien afin de faire adhérer plus facilement les incas à leur religion. Les tableaux sont donc criblés de symboles incas.

Le plus impressionnant reste l’immensité de la voûte : on ne cesse de lever les les yeux pour contempler cette oeuvre de l'homme.

Cerise sur le gateau, vous avez le droit (moyen le coût de l'entrée obligatoire quand même) à un audio guide, en francais qui plus est.

Par contre, photos interdites et les nombreuses personnes faisant la ronde pour vous surveiller vous en dissuadent.

 

Le Monastère est aussi intéressant car construit à la base sur un ancien temple inca dédié au Soleil et nommé Koricancha, ce qui signifie littéralement "enceinte d'or".

Les Espagnols bâtirent, sur la construction d’origine, l’église et le couvent dominicain, lesquels furent détruits par le tremblement de terre de 1650 et furent reconstruits aux alentours ensuite.

Dans un même lieu, nous pouvons donc admirer les deux différents styles de construction.

 

Cuzco Monastere

 

Après un petite balade dans le quartier de touristes de Saint Blas, il n’y plus grand-chose à faire d’autre dans le centre ville (à part prendre des pizzas dans les restaus de la place, ou manger un mc do…)

 

La suite de Cuzco se concentre surtout sur ces alentours. Comme on vous l’a déjà dit, la ville compte beaucoup de sites touristiques en plus du Machu Picchu.

 

Ayant peu de de temps sur place, nous nous sommes decidés de visiter Sachsahuaman !

 

Cuzco Sachsahuaman

 

Finalement nous préparons très vite notre fameuse visite du Machu Picchu.

Hé oui !! Quand tu n’es pas riche, cette visite doit se préparer très minutieusement sous peine de payer des sommes déraisonnables. Nous arrivons avec l’espoir de trouver une solution économique mais dans un temps raisonnable car nous voulons encore découvrir le nord du Pérou. Et comme tout le monde, la désillusion ne se fait pas attendre.

Faire un trekking jusqu’au Macchu Picchu est presque aussi cher que de prendre le train (mais bon avec le bonus de traverser sous la pluie la vallée des incas). Prendre le train est hors de prix : le train le plus cher du monde en terme prix/km !

 

On ne va pas vous enumérer les solutions mais voilà au final, ce que l’on a choisit :

 

Mini bus (qui partent lorsqu’ils sont remplis) de Cuzco vers Ollantaytambo

Train d’ Ollantaytambo vers Agua Calientes

Dormir sur Agua Calientes

Montée au Macchu pIcchi en bus

Redescendre du Macchu à pied et on refait la meme chose en sens inverse.

 

Il y a une solution un peu plus longue et compliquée mais 10 fois moins chères. En effet, de Cuzco, vous pourrez prendre plusieurs mini bus peu cher qui vous amèneront en 2 jours (une nuit à dormir dans un petit village) jusqu’à Hydro electrica.

De là, vous pouvez marcher jusqu’au Macchu Picchu.

 

Donc nous voilà partis pour Ollantaytambo. Arrivés sur place, nous avons un peu de temps devant nous donc nous decidons de visiter la ville.

 

L’heure de train arriva et nous embarquons donc à bord. Stupéfait ! Pour le prix qu’on nous fait payer, c’est une honte. Les siéges sont vraiment de mauvaises qualités. C’est toujours 2 en face de 2. Pendant 6 heures c’est horrible pour les jambes  (pour nous en tout cas) !!! Aussi comme je viens de le dire, le train prend du temps. Il est ultra lent. On a fait les train en Inde, ils étaient 2 à 3 fois plus rapide. En plus, tout ce que l’on raconte côté paysages, hé bein, rien d’exceptionnel. En gros, tu te fais juste arnaquer.

 

Après tout ce temps, voilà enfin la ville aux portes du MP : Agua Calientes.

Là aussi, c’est un attrappe touriste extraordinaire. Donc on continue dans le mauvais karma cad que nous n’avions pas réservé d’hôtels car nous souhaitions négocier sur place.

Nous sommes donc arrivés en début de soirée et commencons notre recherche.

Nous remontons la rue principale en faisant les hôtels un à un. Les prix sont exorbitants ! En plus, il se fait tard. Il doit être près de 22h et toujours rien. Normalement, tout le monde est prêt à nous faire une petite réduc pour être sur de remplir leur dernière chambre si tard le soir mais bon, nous sommes au Pérou et ici c’est différent. Quand tu arrives tôt, ils cassent les prix, pressés d’avoir des clients, mais quand tu arrives tard, pour eux tu galères à trouver un hôtel et donc ils multiplient les prix.

 

Nous persévérons et au final, vers 23h30 (c’est dire le nombre d’hôtels que nous avons faits), nous réussissons à en trouver un, potable et dans nos prix. Il faudra quand même dire que la négociation aura duré longtemps avec 4 interlocuteurs différents.

Ah, on oublie un truc, ce n’est pas important car nous nous levons à 3h30 du nat’ mais ici les checkouts sont à 9h du mat’ : n’importe quoi !

 

Lendemain ou plutôt quelques heures plus tard, c’est le départ pour l’arrêt de bus. Le premier bus est à 5h30 et nous arrivons à 4h00 du matin. Ci-dessous le nombre personnes qui étaient à l’arrêt avant nous.

 

Cuzco queue bus

 

En plus, le mauvais karma continue : il pleut comme jamais. Normal, c’est le début de la saison des pluies.

 

Le PREMIER bus arrive et nous voilà dans la file d’attente devant les portes de la fameuse cité.

Tous ceux devant nous, sont les courageux qui sont montés à pied sous la pluie !

 

Cuzco queue MP

 

Normalement, nous ne sommes pas à une centaine de touristes près mais ici c’est important car  seuls les 200 premiers ont le droit de monter au Wayna Picchu.

Finalement, on est dans les 140ème, nous pouvons commencer notre visite tranquille…

 

BOOM ! La poisse continue ! Cette fois-ci un brouillard épais comme un annuaire nous empêche de voir la moindre chose à plus de 2 mètres.

 

Cuzco MP brouillard

 

Bon on se dit peut-être qu’ au Wayna Pichu c’est différent. On s’empresse d’y aller.

Pffou !! Après 45 minutes de marche, nous voilà enfin tout en haut et donc......... RIEN !!! Mais rien du tout à cause du brouillard.

Nous décidons donc d’attendre. Pour info, on repart le jour même sur Cuzco et on ne peut pas rester après 13h00 voire 14h00. Et on n’a pas encore visité le site en lui-même. On attend, encore et encore. Et toujours rien. Sans parler qu’il pleut toujours.

 

Pour résumer, nous nous sommes levés à 3h30, nous sommes rentrés dans l’enceinte du MP vers 6h30, 7h passé on était déjà en haut du Wayna Picchu. A part quelques petites éclaircies de 1 minute pas plus (on ne plaisante pas !!!), le ciel s’est seulement dégagé vers 12h30-13h00. Nous sommes écœurés !!!

 

Cuzco MP Wayne Picchu

 

On essaie de prendre quelques photos malgré la pluie (pas top on vous l’avoue) et on redescend pour au moins visiter sur place.

 


 

Puis, vers 14h00, nous repartons vers Agua Calientes pour notre retour sur Cuzco.

 

Mais notre galère ne s’arrête pas là.

On nous avait dit qu’il y aurait une grève des autobus d’une journée. Cette journée là nous étions au MP. Du coup pour nous, c’était bon. Nous nous pointons donc au lieu du départ du bus le lendemain et rien. Un simple mot qui dit (en espagnol) d’appeler un office qui vous renseignera. Après plusieurs coups de fils, on arrive enfin à les joindre tout ça pour qu’ils ne répondent pas à nos questions, nous disent « nous, on ne travaille pas » et nous raccrochent au nez.

Pour info, nous avions pris nos billets chez la fameuse compagnie Cruz del Sur, la plus chère et soit disant la plus sûre.

Nous ne sommes pas à la réelle gare et donc nous décidons d’y aller. Rien !! Il n’y a personne au comptoir Cruz del Sur alors que chez les concurrents, il y a quelqu’un pour renseigner. Personne ne sait quand les bus repartent. En gros, tu te démerdes mais surtout nous on veut récupérer notre argent.

 

Pour faire court, la grève a duré trois jours. Et tous les jours, nous avons fait des aller-retours entre l’office Cruz del Sur et la gare pour avoir des renseignements ou essayer de se faire rembourser les tickets. Que de temps perdus !!!

Le dernier jour, on s’est vraiment battu bec et ongle, genre : tu me fermes la porte de ton office et je mets mon corps pour t’en empêcher. Au final, on a récupéré notre argent. Dégoûté, nous n’avons plus jamais pris cette compagnie. 

 

Heureusement que nous avions du couchsurfing sinon la note de l’hebergement dans cette ville aurait été salé.

 

C’est ainsi que nous avons decouvert la compagnie CROMOTEX. On vous la conseille tous. Service et qualité identiques à Cruz del Sur mais 30% moins chère. Pourquoi !!!!!???? On ne sait toujours pas.

 

Quoiqu’il en soit, nous avons quitté cette ville au final. On regrette d’avoir perdu trois jours à faire des allers retours partout au lieu de visiter d’autres choses. En plus, nous n’avons plus assez de temps sur notre planning pour les dernières villes Chiclayo mais surtout Huaras (cordillères blanches).

 

On reste quand même content de ce que l’on a vu. En plus, on a évité le pire. Juste après nous, un déluge de pluie s’est abattu sur la région bloquant pas mal de gens à Agua Calientes. C’est seulement en hélico que les gens pouvaient rejoindre Cuzco.

Comme quoi, il y a toujours pire que soit !!!

 

Merci à ceux qui ont reussit à lire le tout. Désolé encore pour la longueur et le temps que cela a pris.

 

La suite, avec le Nord du Perou....

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> o lalaa.. bon le principal et que tout se termine bien même si vous avez perdu qques jours...<br /> On a reçu votre carte du lac titicaca merci bcp...<br /> Le temps passe vite, il vous reste 4 mois avant votre grand retour...<br /> On vous embrasse, prenez soin de vous.<br /> <br /> Soraya & Mika...<br /> <br /> <br />
Répondre